thimbleweed park

Thimbleweed Park : Critique

Les jeux d’aventure classiques en pointer-cliquer ne sont plus de ce monde. Ce sont des dinosaures et ils n’intéressent plus personne, pas vrai ? Eh bien… pas forcément. Les jeux d’aventure en pointer-cliquer ont connu leurs quelques minutes de gloire il y a une trentaine d’années, lorsque les classiques comme Monkey Island, Zack McCracken et Kings Quest ont passionné une génération entière de joueurs. Depuis, les jeux d’aventure ont évolué : ils sont plus intuitifs et leurs interfaces plus faciles à naviguer, la résolution des graphismes est meilleure, etc. Vous avez compris.

Qu’est-ce que Thimbleweed Park ?

Ron Gilbert, l’un des célèbres créateurs des classiques comme Monkey Island veut vous faire oublier tout ça. Dans Thimbleweed Park, il vous ramène à l’époque des jeux d’aventure qui utilisaient encore des verbes comme boutons et mettaient les pixels à l’honneur. On se croirait vraiment dans un sequel (ou prequel) de Maniac Mansion, sans le logo LucasArts.

Thimbleweed Park est un jeu d’aventure en pointer-cliquer, issu d’une campagne Kickstarter, à l’esprit aussi dingue et souvent aussi décalé que ces prédécesseurs. Mais ce n’est pas une comédie : vous êtes ici pour résoudre un meurtre, ou deux. Entrent en scène les agents Angela Ray et Antonio Reyes, deux agents du FBI qui rappellent Mulder et Scully et qui ont chacun leurs propres plans secrets. Malheureusement, ces personnages jouables sont quelque peu décevants. Cela principalement en raison du faible nombre de personnages jouables (au nombre de cinq) et aussi parce qu’ils ne peuvent quasiment pas interagir les uns avec les autres ou n’ont pas à le faire et lorsque c’est le cas, force est de constater qu’ils n’ont pas grand-chose à se dire. Pendant les deux premières heures, je n’ai pratiquement joué qu’avec le même personnage, en ignorant les autres complètement. La plupart, si ce n’est la totalité, des dialogues de la première partie sont interchangeables, ce qui ajoute à la déception. Si comme moi, vous êtes un joueur de jeux d’aventure depuis longtemps, vous voudriez en voir plus.

Comment joue-t-on à Thimbleweed Park ?

Au fil de l’histoire, vous découvrez les autres personnages jouables dans des flashbacks : il y a Ransome, le clown qui jure comme un charretier et insulte tout ce qui bouge, Delores, une jeune fille qui n’aspire qu’à une chose, travailler chez MmucasFlem (oui c’est bien un jeu de mots avec LucasFilm) et programmer des jeux d’aventure et le père de Delores, dont j’ai oublié le prénom, qui veut à tout prix reconstruire l’usine d’oreillers de Thimbleweed Park qui a brûlé.

Le scénario bien rythmé et ses intrigues parallèles sont très prenants. À chaque fois que je pensais avoir découvert ce qui se passe vraiment à Thimbleweed Park, j’étais encore une fois surprise. Vous découvrirez bientôt que le meurtre fait partie d’une histoire bien plus sinistre de morts, de trahisons et de malédictions… mais je ne vais pas tout vous révéler. 😉

Comme dans la plupart des aventures, Thimbleweed Park a son lot d’énigmes et bien que certains soient plus difficiles à résoudre que d’autres, elles n’étaient pas aussi tirées par les cheveux et illogiques que dans d’autres jeux de pointer-cliquer auxquels j’ai joué (oui, je parle de Sam & Max !) Dans la deuxième partie du jeu, tout se complique un peu, vous devez gérer les cinq personnages et trouver qui a besoin de quoi dans quelle énigme… Mais même avec ça, vous ne devriez pas mettre trop de temps à progresser.

En tout et pour tout, cela m’aura pris 18 heures sur un weekend pour finir le jeu, obtenir quasiment toutes les récompenses sur Steam et examiner chaque centimètre carré de l’écran. Après tout, si l’on doit partir à la chasse aux pixels, autant que ça soit bien compliqué non ?

Cela vaut-il la peine de l’acheter ?

Si vous êtes un grand fan des jeux d’aventure en pointer-cliquer, Thimbleweek Park est à ne pas rater. Non seulement vous apprécierez l’histoire mais elle fait également référence de temps à temps à de vieux classiques, que ça soit une certaine tronçonneuse (allez-vous trouver l’essence cette fois-ci ?), Chuck la plante ou des milliers d’autres références à Monkey Island.  Les graphismes sont superbes pour un jeu pixelisé rétro et les énigmes, bien que difficiles parfois, ne sont pas impossibles à résoudre ni complètement illogiques. Grâce au mode « facile » que les joueurs peuvent sélectionner au tout début, le jeu ne devrait pas présenter de difficultés non plus pour les débutants, même s’ils risquent d’être moins séduits par les graphismes rétro.

 

Thimbleweed Park est disponible sur Steam au prix de 19,99 €.

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

PR & Social Media Manager @ Avira |Gamer. Geek. Tech addict.