Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017

Supprimer les frontières du monde connecté

Curieux de découvrir les dernières tendances technologiques, j’ai participé au Mondial de la téléphonie mobile, le Mobile World Congress (MWC) 2017. Bien que la ville de Barcelone offre plus que son tenant de découvertes incroyables, l’événement qui rassemble plus de 2000 exposants agit comme un véritable aimant à visiteurs. Alors que les médias concentrent généralement leurs sujets sur les dernières présentations de smartphones avec quelques articles sur les accessoires de conduite connectés, il m’intéressait de savoir comment évoluerait le mode de vie des consommateurs dans le monde de demain. Je souhaitais particulièrement en apprendre davantage sur les menaces futures à notre sécurité et notre confidentialité, ainsi que sur la manière dont les utilisateurs pourraient tirer profit de toutes ces avancées de manière sécurisée.

Des trajets déconnectés

Ma première expérimentation en chemin pour Barcelone fut de constater que le monde mobile sait aussi déconnecter. Aucune connexion Internet n’était proposée en vol. L’application mobile du MWC ne proposait par ailleurs aucun contenu téléchargeable à consulter hors ligne. Autrement dit, elle allait totalement à l’encontre de la finalité pour laquelle elle a initialement été conçue, à savoir accompagner l’utilisateur dans ses déplacements. L’événement mobile s’annonçait bien…

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 01

Une conduite en toute confidentialité

Le stand Ford et SDL titrait « We build Driveables ». Pour son application SYNC AppLink, Ford exploite la plateforme open source SmartDeviceLink(SDL) permettant l’installation et l’utilisation d’applications tierces dans le véhicule. Fait particulièrement remarquable, Ford ne s’est pas contenté d’asseoir le conducteur dans le siège conducteur, mais y a également installé des pilotes pour la gestion de la confidentialité. Le conducteur peut ainsi choisir par le biais de paramètres de confidentialité d’autoriser ou de restreindre le partage d’informations relatives à la conduite, au véhicule, aux données GPS et à la vitesse. Même s’il ne s’agit encore que d’un prototype de test de haut niveau, il est bon de savoir qu’un constructeur automobile se soucie de la confidentialité des interactions entre le propriétaire du véhicule, son fabricant et les développeurs d’applications. La plateforme open source SDL rassemble tout un consortium de constructeurs automobiles. Je me demande donc quelle sera l’évolution future, avec plus de transparence dans les communications entre véhicules et applications tierces et le regain de souveraineté des utilisateurs face à leurs données.

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 02

Quel futur pour le streaming ?

Les cassettes avaient remplacé les vinyles, avant d’être mises au banc par les CD, eux-mêmes tombés devant le MP3, qui a depuis laissé la place au streaming, cette diffusion de musique en continu qui nous libère de tout appareil d’enregistrement. J’ai donc demandé aux représentants de RealNetworks ce qui viendra à son tour à bout du streaming ? Une idée ? Bien sûr, ils ne connaissaient pas la réponse mais ils se sont contentés d’affirmer « Don’t worry, be happy, le streaming n’en est qu’à ses prémices en termes de possibilités. »

Ils m’ont ainsi offert une comparaison directe de flux 4K avec la compression H.264 (format de compression habituel) et le format RealMediaHD, tous deux utilisant la même bande passante. La différence était frappante : sur n’importe quel appareil mobile, le second format améliorait significativement la qualité de la transmission pour l’utilisateur. Le coût du streaming pour un volume donné étant par ailleurs bien plus faible au format RealMedia HD, on peut non seulement s’attendre à une grande amélioration de la qualité vidéo, mais aussi à une réduction du coût associé.

C’est tout ? Une qualité améliorée qui coûterait moins cher ? Nos discussions ont également porté sur les téléviseurs équipés de caméras et sur l’interactivité du streaming rendue possible grâce aux capacités de plus en plus évoluées de nos écrans. Alors que Wikileaks révélait récemment que les autorités se préparaient à espionner les utilisateurs de téléviseurs intelligents, devons-nous nous considérer à risque ? Oui. Les fournisseurs de sécurité y travaillent et ont déjà mis au point la première génération de solutions de protection des appareils IdO (Internet des Objets).

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 03

La commande vocale, plus qu’une interaction

Vous rappelez-vous les premiers gestes de James Bond lorsqu’il entre dans une chambre d’hôtel ? Il vérifie l’absence de mouchards dans le téléphone fixe, l’horloge, voire même le lampadaire. Et nous, que faisons-nous ? Nous achetons par nos propres moyens des objets dotés de microphones activés en permanence, que nous plaçons bien au centre de notre intérieur, dans notre espace de vie familial. Les assistants à commande vocale sont utilisés dans les voitures depuis un certain temps, avec des capacités clairement limitées. Amazon, Apple et d’autres marques ont à présent fait entrer cette technologie dans nos foyers, à des coûts bien inférieurs à ceux des dispositifs équipant nos voitures. Et c’est là le cœur du problème : cette technologie trouve un nombre virtuellement illimité d’applications, en ayant recours à l’intelligence artificielle et à la connectivité des services cloud de ces divers fournisseurs, qui la lient à Internet, à leurs autres services en ligne et aux autres appareils que nous utilisons.

J’ai ainsi trouvé, entre autres sur le stand de SK Telecom, la prochaine génération d’assistants à commande vocale, dotés d’écrans capables de se tourner dans votre direction pour étayer de données visuelles les informations audio fournies via les haut-parleurs. La version de NUGU introduite par SK Telecom à l’automne dernier s’inscrit plutôt dans une lignée « traditionnelle », mais les versions à venir pourraient bien surprendre. L’omniprésence désormais usuelle des écrans et microphones connaît une phase de transition, dans laquelle leur physionomie évolue à la manière des Transformers. Les microphones activés en permanence de ces appareils nous imposent une confiance totale en leurs fabricants et nous ne disposons à l’heure actuelle d’aucun outil permettant un contrôle individuel de ces appareils. Du moins, pas encore.

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 04

Les écrans tactiles sont dans l’air (du temps)

Le nouveau Sony Xperia Touch, un projecteur courte distance compact, est capable de transformer toutes les surfaces qui vous entourent en un écran tactile (murs, tables, etc.). Ses capteurs détectent les mouvements des doigts, reconnaissent les manipulations à deux doigts et réagissent au double-clic. Les possibilités sont illimitées : navigation sur Internet, interaction avec vos applications, même le tennis de table s’offre une nouvelle dimension. Ce petit bijou est également capable de traduire les mouvements de la main dans l’air comme si vous touchiez réellement la surface de projection. Dans ce cas concret, le projecteur Xperia Touch projetait une carte sur un mur et il m’était possible de la parcourir par de simples mouvements de la main, alors que je me tenais à environ deux mètres du mur. Cette technologie apparue depuis quelque temps dans les voitures vient conquérir de nouvelles facettes de notre quotidien et pourrait bien révolutionner notre compréhension et notre utilisation des écrans. Mes prévisions : il nous sera possible d’ici quelques années d’interagir avec des hologrammes projetés sur les particules d’humidité et de poussière dans l’air.

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 05

Vers une convergence des appareils et des services

L’issue ultime est évidente : lorsque les assistants personnels à commande vocale seront tous dotés d’écrans et de parties mobiles, lorsque la commande vocale et gestuelle se sera banalisée, lorsque tout jusqu’à l’air qui nous entoure fera office d’écran tactile, lorsque les pet-bots et robots professionnels se seront multipliés, lorsque nos voitures seront devenues des objets entièrement connectés, lorsque les robots domestiques seront devenus plus interactifs et plus abordables, lorsque l’offre de divertissement à bord des avions se fera par le biais d’appareils intelligents, alors toutes ces technologies pourront converger. Il n’y a aucune réelle logique à multiplier les assistants à commande vocale dans votre intérieur (dans la mesure où chacun représente un certain investissement), à confier les tâches ingrates à des robots et à conserver vos bonnes vieilles enceintes pour bénéficier d’un son de qualité. Il n’y a qu’à combiner le tout dans un joli petit Transformer !

Pour l’heure, les grands noms de la technologie semblent se contenter de développer de nouvelles générations d’appareils fonctionnant plutôt en circuit fermé, avec un système d’exploitation, des applications de base et des services intégrés qui leur sont propres. Cependant, il apparaît évident que le partage des ressources et l’ouverture d’esprit peuvent contribuer à doper l’économie : les boutiques d’applications sont autant de tremplins accessibles, les développeurs et les data scientists se tournent naturellement vers les plateformes de collaboration open source comme GitHub  ou Kaggle, et le partage des brevets de Tesla a dans un premier temps créé un effet de surprise.

Les frontières du monde connecté sont vouées à disparaître. Quel sera le résultat ? J’entrevois un futur dans lequel nous nous appuierons principalement sur trois éléments :

  1. l’abonnement à une forme d’intelligence artificielle répondant au mieux à nos besoins,
  2. le stockage de toutes nos données et la gestion de l’accès à ces données via un espace personnel centralisé sur le Cloud,
  3. la location ou la connexion à des appareils polyvalents d’interaction physique.

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 07

Tout simplement. Dès lors que nous aurons la possibilité de choisir la manière dont nous assemblons ces trois composants, les consommateurs adopteront rapidement les nouveaux services qui leur seront proposés, pulvérisant les efforts de migration et les barrières, et diminuant considérablement les obstacles aux investissements. L’utilisateur bénéficiera d’une expérience complète sur l’ensemble des services, appareils et emplacements qui lui sont utiles. Pour gagner la confiance du plus grand nombre, les intelligences artificielles se devront de rivaliser d’attraction, de pertinence et de considération pour l’utilisateur. Le stockage personnel centralisé rétablira le concept de propriété et un certain niveau de contrôle sur ce que nous possédons (nos données), ce que nous faisons (nos interactions) et ce que nous sommes (notre identité numérique).

Alors en quoi les entreprises pourraient-elles s’opposer à tout cela ? Les plus conservatrices auront peut-être du mal à s’adapter. Ou elles pourraient avancer des arguments relevant de la non-conformité aux stratégies d’entreprises, invoquant la nuisance à leurs sources de revenus, le défaut d’adaptation à la base de clientèle, la mise à mal de leur modèle d’affaires, entre autres possibilités. Mais les entreprises relevant du mouvement des Exponential Organisations considéreront les bons côtés : augmentation des volumes traités, accès à des données auparavant inaccessibles, attraction des devises par opposition aux simples financements, réduction des cycles d’investissement dans les appareils, simplification de la vente des nouveaux types d’appareils, création de nouvelles sources de revenus, etc.

Finalement, tout ceci représente un challenge formidable pour l’industrie de la sécurité : trouver comment protéger notre vie privée tout en nous apportant la liberté et la tranquillité d’esprit d’utiliser tous ces nouveaux outils.

Et j’aimerais si possible pouvoir compter sur mon Transformer personnel via l’offre de divertissement en vol dans le cadre de mon déplacement pour le Mobile World Congress de 2020. Et même si j’apprécierai toujours les services d’une hôtesse de l’air authentique à bord, un pet bot ne serait pas de refus pour porter mes bagages.

Breaking Boundaries in the Connected World - Mobile World Congress 2017 - in-post 06

Cet article a été publié initialement (en anglais) par Jochen Gaßner (Service client utilisateur final) sur LinkedIn Pulse.

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

Jochen Gaßner is the Executive Vice President of Customer Advocacy at Avira. He is passionate about customer centricity and he is paranoid about privacy. He focuses on architecting alliances that allow users to benefit from all of the fantastic new technologies without fear of their security and privacy being corrupted. He also supports Avira as it adopts to the exponential change of the connected world.