Les raisons du succès du mythe de la sécurité Apple

 

Apparemment, avec cette mise à jour, Apple avait fini par résoudre une violation de sandbox de type jour zéro survenue plus tôt dans l’année. Pourtant, la notification d’Apple se contentait d’évoquer des améliorations et résolutions de problèmes liées à Apple Music.

Aucune mention d’un correctif de sécurité

Cela m’a surpris car la brève notification que j’avais reçue quelques jours plus tôt sur mon iPhone ne mentionnait pas d’amélioration au niveau de la sécurité, mais uniquement que la mise à jour concernait une application que je n’utilise même pas. J’avais donc décidé de ne pas installer cette mise à jour spécifique, me disant qu’elle ne s’appliquait pas à moi.

Et même sur la page officielle des notes sur la version iOS 8.4.1, il n’est pas clairement indiqué que la mise à jour concerne autre chose que l’application Apple Music. Une vague formule « Pour en savoir plus sur les correctifs de sécurité apportés par cette mise à jour, consultez le site  web suivant » renvoie le lecteur vers une page encore plus ambiguë que la première sur le sujet.

Des perceptions erronées qui ont la vie dure

Il y a quelques jours de cela, je discutais avec un ami qui possède un Macbook et qui me disait que les Macs ne peuvent pas avoir de virus car il n’existe aucun logiciel malveillant conçu pour les Macs pouvant réellement les affecter.

Je lui ai rétorqué ce que je réponds systématiquement après avoir travaillé cinq ans pour des entreprises de logiciels de sécurité informatique et deux autres années pour une agence d’études de marché dans le domaine de l’informatique : « C’est un mythe », lui ai-je expliqué, « auquel Apple souhaite que les gens continuent à adhérer », même si c’est au détriment de ses utilisateurs. Bien évidemment, il est difficile d’argumenter face à quelqu’un qui pense « savoir » ce qu’il ne fait que « croire ». J’ai donc arrêté d’essayer de lui expliquer la façade Potemkine d’Apple et lui ai dit que je lui enverrais un article (facilement trouvé via Google) qui détaille les deux plus récents exploits contre Mac OS X.

La vérité est là

L’article du Guardian intitulé « Deux virus Mac frappent au cœur de l’image sécurisée de la plate-forme » (4 août) dépeint deux souches de virus qui ont réussi à infecter des Macs : Thunderstrike 2 et un bogue d’élévation des privilèges. Alex Hern, le journaliste qui a signé cet article, déclare :

La marque Apple était si fière de sa sécurité qu’elle a même lancé plusieurs spots publicitaires dans sa campagne Mac vs. PC basés sur l’idée que les Macs n’attrapent pas de virus.

Mais l’heure est venue pour Apple de voir la réalité en face. Et si Apple ne veut toujours pas reconnaître que ses produits, aussi géniaux soient-ils, sont susceptibles d’être attaqués par des logiciels malveillants, alors vous, en tant que client Apple, vous devriez au moins avoir conscience de ces dangers et vous protéger contre eux.

Sécurisez vos produits Apple (pour de vrai) dès maintenant

À la mi-août, le site Internet Tom’s Guide a désigné Avira Free Antivirus pour Mac comme le Choix des éditeurs pour les produits antivirus Mac, indiquant qu’Avira est « simple d’utilisation, a un impact léger sur le système, propose des scans programmés et, par-dessus tout, fournit une meilleure protection contre les logiciels malveillants que la plupart de ses concurrents payants ».

Pour Mac: Télécharger Avira Free Antivirus pour Mac
Pour iPhone/iPad : Télécharger Avira Free Mobile Security pour iOS

Cet article est également disponible en: AnglaisItalien

Marketing/Branding guy, copywriter (Industrial Poet), M.Ed., editor, singer-songwriter/guitarist, reader, writer, and daddy to two amazing girls.Prior to joining Avira in summer of 2014, Mashak helped another European IT security company grow from obscurity into a globally recognized industry leader (and household name).From 2008 to 2010, he worked with an IT market research firm as report editor for the CEMA region.Before that, he was a freelance marketing consultant, a high school English teacher, the owner of a property management company, served five years on sales and client-retention teams for the world's largest perimeter security firm, and dabbled with various small business ventures of his own.