Fly the rant-free, pilot-free skies - pilote, pilota

Pour un ciel sans délire ni pilote

Plus besoin de se soucier de l’équilibre mental de votre pilote : car ceux-ci vont peut-être disparaître à l’avenir. Un jet autonome fait actuellement l’objet de tests au Royaume-Uni. Ceci présente des atouts à une époque où le transport aérien est soumis à des aléas politiques. Non seulement vous êtes soumis au risque de voir votre voisin de siège partir dans un délire, mais le pilote lui-même pourrait bien utiliser le système de sonorisation de l’avion comme une arme de destruction auditive.

Ceci est arrivé aux malheureux passagers du vol United Airlines 455 comme le pilote prévu a déversé une pluie de commentaires personnels concernant Donald Trump, Hillary Clinton, et son propre divorce programmé. Certains passagers ont préféré sortir de l’avion plutôt que de poursuivre avec le pilote de remplacement.

Bienvenue dans un ciel sans pilotes

Quoi qu’il en soit, BAE Systems – le géant de l’aéronautique et de la défense – a d’excellentes nouvelles pour tous les passagers nerveux. Des vols d’essai font actuellement évoluer un Jetstream 31 autonome au-dessus du Royaume-Uni, pour observer les modalités d’intégration de ce type d’appareil aux flux normaux et habités du trafic aérien. L’idée directrice qui anime BAE vise à expérimenter les vols autonomes au-dessus de nos têtes alors que des sociétés comme Apple, Uber, Tesla et Delphi s’attèlent à réaliser des véhicules sur la terre ferme.

Ceci représente-il un changement positif pour les passagers ? Pensez-y : vous n’aurez plus à vous soucier de pouvoir avoir affaire à un pilote déséquilibré sur le plan mental, qui va se lancer dans une diatribe ou planter volontairement sa machine contre le flanc d’une montagne. Ceci peut-il contribuer à rendre les cieux plus cléments ? Apparemment, la plupart des autres conceptions de vol contrôlé à distance tournent autour des drones capables de balancer des charges explosives pour le compte d’autorités militaires. Il semble donc que non, car BAE se consacre également à de telles options.

Bien plus qu’une voiture avec des ailes

Le Jetstream 31 de BAE présente des similarités et des différences avec les tests en cours de voiture autonome. Considérons les différences en premier. Oubliez le LIDAR (Light Detection and Ranging devices) installé sur le toit de l’appareil, car cet avion s’oriente grâce aux satellites et un œil électronique embarqué qui reconnaît les nuages et les aléas climatiques. Il suffit de rassembler les deux pour offrir à cette machine les moyens de suivre une trajectoire qui contourne les conditions météo à risque. Ce n’est pas non plus un loup solitaire car cet avion est doté d’une antenne qui cherche les signaux envoyés par les transpondeurs d’autres appareils, et signale sa propre présence. À l’image des automobiles de ce bas monde, cet avion embarque également un pilote capable de prendre les commandes à tout moment en cas de besoin. Cette perspective est naturellement réconfortante.

Tout reste possible

BAE envisage un total de 17 vols d’essai pour analyser les capacités de vol autonome basé sur cette nouvelle association satellite-caméra. Jusqu’à présent, ces vols ont pris place dans l’espace aérien peu congestionné au-dessus de l’Écosse. Tandis que le pilote et le co-pilote sont aux manettes pour le décollage et l’atterrissage, l’avion se dirige tout seul une fois parvenu en vol atmosphérique et à l’altitude de croisière sélectionnée. Par contre, les autres mesures de sécurité ne sont pas encore évoquées. Personne n’a même encore songé à désigner cette évolution par l’IoP (Internet of Planes).

« Les essais sont entrés dans une phase décisive, et nous doteront d’options technologiques intéressantes pour notre propre aviation habitée et non habitée, et peuvent nous amener à introduire de nouvelles technologies d’aviation non habitée sur le marché. » affirme Maureen Mccue, directeur Recherche et technologie pour l’aviation militaire et le secteur de l’information chez BAE Systems sur son site Internet.

À nous maintenant. Vous sentez-vous déjà plus rassuré ?

Je me demande simplement ce qui pourra arriver quand ces supers appareils dotés de l’intelligence artificielle, d’une caméra et dirigés par satellite en auront marre de ces créatures à deux jambes, qui émettent du soufre et du méthane à gogo et qui font le cirque dans la cabine de leur avion ? Ceci débouchera sur des proportions absolument désastreuses. Pas de panique. Bouclez votre ceinture et préparez-vous pour le décollage.

 

Comment vous sentiriez-vous si vous saviez que le vol choisi s’effectue dans un avion autonome ? Seriez-vous prêt à y monter à bord ? Vous sentiriez-vous en sécurité ? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous !

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

As a PR Consultant and journalist, Frink has covered IT security issues for a number of security software firms, as well as provided reviews and insight on the beer and automotive industries (but usually not at the same time). Otherwise, he’s known for making a great bowl of popcorn and extraordinary messes in a kitchen.