En première ligne de la cybersécurité : dans les coulisses du Laboratoire de protection Avira

Dès le début de l’épidémie de coronavirus, Avira a réagi rapidement, en décidant dès le début du mois de mars de mettre en place le télétravail pour tous ses employés. Ce qui aurait pu être une tâche ardue pour une entreprise de cette taille s’est en fait déroulé de manière plutôt fluide, car ses équipes internationales étaient déjà habituées à la technologie et aux outils de télétravail. Un ensemble de compétences encore plus capital pour l’équipe du Laboratoire de protection Avira, dont la responsabilité quotidienne est de déjouer les attaques de cybersécurité et d’éloigner les pirates informatiques de vos boîtes de réception et compte bancaires.

Pour savoir comment l’équipe continue à protéger les activités en ligne de nos clients, nous avons eu l’occasion de faire le point (virtuellement) avec Alexander Vukcevic (Directeur du laboratoire de protection), Mihai Grigorescu (chercheur en menaces) et Amr Elkhawas (spécialiste des études sur les menaces).

Retrouvez ci-dessous leur perspective sur le télétravail.

Le Laboratoire de protection Avira était-il prêt pour le télétravail ?

Alexander Vukcevic : Nous sommes une équipe multinationale, dont les membres vivent dans différents pays. D’une certaine façon, nous étions déjà en télétravail. visioconférences

Mihai Grigorescu : En effet, nous avons déjà l’habitude de faire des visioconférences, de communiquer par chat et par e-mail, et de partager des documents et mettre à jour les tâches dans des outils collaboratifs.

Amr Elkhawas : Outre le fait de travailler principalement avec des outils dans le cloud, nous étions déjà bien préparés même avant le début de l’épidémie, grâce à un accès par VPN à tous nos systèmes et machines d’analyse. Ce qui nous permet de répondre à toute menace urgente, pouvant survenir hors des horaires d’ouverture, lors de nos astreintes.

En quoi vos habitudes ont-elles changé ?

AV : Ce qui a changé dès le départ, ça a été la coordination de l’équipe. Nous avons désormais une visioconférence tous les matins pour passer en revue toutes les tâches du jour. C’est une façon sympa de se retrouver tous les matins, même virtuellement, et qui reproduit plus ou moins la sensation d’arriver au bureau.

Qu’est-ce qui est le plus dur dans le télétravail ?

AV : Pour la plupart d’entre nous, le plus dur est de ne pas pouvoir discuter et échanger des idées en face à face, intervenir dans une discussion en cours et partager des commentaires constructifs, ou recueillir des informations pour faire émerger de nouvelles idées. Nous compensons par des visioconférences ponctuelles et des appels téléphoniques de temps en temps, mais ce n’est pas tout à fait pareil.

Avez-vous observé une augmentation des problèmes de cybersécurité et darnaques en ligne depuis le début de lépidémie ?

MG : Nous avons enregistré une augmentation des risques d’attaques de tous types, du hameçonnage aux sites qui dérobent les données, aux rançongiciels et aux malwares conçus pour Android. En réalité, nous avons affaire à des cybercriminels très intelligents, opportunistes et surtout sans scrupules. Durant cette pandémie, nous avons vu des hôpitaux attaqués par des rançongiciels qui ont verrouillé les ordinateurs, retardant les opérations chirurgicales et les résultats de dépistage du coronavirus.

Comment avez-vous pu réagir rapidement aux nouvelles menaces ?

AV : Concernant le travail, nous fonctionnons de la même manière. Travailler de chez nous n’a pas d’incidence sur notre temps de réaction, notre capacité à travailler en équipe ou la qualité de notre travail. Nous continuons à donner le meilleur chaque jour pour protéger nos clients.

AE : Tout à fait d’accord. J’ai également remarqué que depuis que je passe plus de temps sur Internet en tant qu’utilisateur, j’ai pu détecter des attaques de visu et réagir immédiatement car j’avais tous les systèmes à ma disposition à distance.

Le fait d’être en télétravail vous a-t-il rapproché de l’expérience côté client des problèmes de cybersécurité ? Cela a-t-il changé ou élargi votre perspective sur ce que vous faites et à qui cela bénéficie ?

MG : Dans mon cas, pas vraiment. Je dirais qu’à force de travailler dans ce domaine, il est très difficile de prendre du recul. Nous avons tous des amis et des proches qui sont vulnérables aux cyberattaques et nous sommes toujours conscients de l’importance de ce que nous faisons. Une seule détection peut faire la différence entre quelqu’un qui vit sa vie et quelqu’un qui perd le contenu de son compte en banque. Protéger nos clients est notre priorité et une grande responsabilité.

AE : Oui cela m’a beaucoup rapproché de l’expérience côté client. Voir des amis ou des proches qui partageaient des liens d’hameçonnage via les réseaux sociaux, prétendant avoir trouvé un remède au virus, cela m’a grandement ouvert les yeux sur le fait que les gens ont besoin de nous pour les protéger dans un monde toujours connecté.

Quels sont vos conseils pour les personnes qui sont en télétravail ? Des conseils pour rester concentré et efficace ?

MG : Pour moi, c’est important d’avoir une routine tous les matins, car cela permet de démarrer la journée du bon pied. Un autre conseil que je vous donnerais, c’est de définir des règles avec les personnes qui vivent avec vous sur vos besoins, si elles sont autorisées dans votre espace de travail par exemple, ou établir des créneaux où vous ne serez pas interrompu.

Avec les ressources que la plupart des gens ont à la maison, comment l’utilisateur lambda peut-il s’assurer qu’il ne compromet pas sa cybersécurité ?

AV : Le meilleur conseil que j’aurais à vous donner est d’utiliser notre logiciel, qui est disponible en quelques clics. Faites-nous confiance pour protéger votre vie numérique, c’est notre mission et nous travaillons minutieusement pour vous protéger.

AE : Je conseillerais à tous ceux qui travaillent de chez eux de toujours faire preuve de prudence lorsqu’ils cliquent sur des liens et de s’informer sur la sécurité grâce aux ressources qui existent en ligne. Je vous recommanderais également d’installer un antivirus pour qu’il y ait toujours un système qui veille, si vous baissez la garde.

Suivez les conseils des experts du Laboratoire de protection Avira et protégez-vous en télétravail grâce à Avira Free Security.

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandEspagnolItalienPortugais - du Brésil