Conan Exiles

Critique de Conan Exiles en accès anticipé : Bienvenue à Hyboria

Les jeux de survie en monde ouvert comme ARK: Survival EvolvedRust et Sept jours pour mourir ont le vent en poupe ces temps-ci et il semblerait qu’il ne se passe pas un jour sans qu’un nouveau jeu fasse son entrée sur Steam. Bien que le décor soit différent, la plupart de ces jeux ont une chose en commun : ils ont été créés par des développeurs indépendants. Ce n’était qu’une question de temps avant que l’un des grands éditeurs veuille aussi sa part du gâteau. C’est ainsi que Funcom entre dans l’arène avec Conan Exiles, leur second jeu vidéo basé sur la franchise Conan après Age of Conan.

Qu’est-ce que Conan Exiles ?

Conan Exiles est un jeu de survie fantasy en monde ouvert du studio Funcom basé sur la franchise Conan. Si vous connaissez un peu les livres sur Conan, vous savez à quoi vous attendre : un environnement désolé aux conditions rudes peuplé de hordes d’ennemis barbares et de dieux aussi cruels que sanguinaires. Si le jeu tient ses promesses ? Plutôt deux fois qu’une ! (je reviendrai sur ce sujet plus tard !)

Comme dans la plupart des jeux de survie en monde ouvert, il n’y a pas d’objectif précis dans Conan Exiles (excepté de survivre bien sûr) ni d’expérience réellement fondée sur une histoire. Vous seul(e) décidez de ce que vous voulez faire. Vous voulez vous mesurer à d’autres joueurs ? Rejoignez l’un des nombreux serveurs officiels ou créés par d’autres joueurs. Vous préférez construire une bonne base et explorer le territoire ? C’est possible aussi. Votre objectif est d’asservir la moitié de la population d’Hyboria ? Eh bien… ce ne sera pas facile, mais vous pouvez toujours essayer !

D’humbles horribles débuts

Après avoir créé votre personnage, tout un processus où vous pourrez à loisir choisir l’apparence de vos cheveux, de vos yeux et même la taille de vos seins ou de vos parties intimes (oui, oui, vous aurez même un curseur pour ça), vous vous retrouvez crucifié(e) en plein désert pour des crimes que vous avez commis (ou pas). En attendant votre fin, vous ouvrez les yeux et découvrez Conan en personne qui vous libère de votre croix pour s’enfuir aussitôt : vous êtes à nouveau seul(e) au monde.

Muni(e) d’une maigre gourde et complètement nu(e) (mis à part un pagne, en fonction des paramètres de nudité choisis), vous devez agir vite. Les premières heures peuvent s’avérer frustrantes en raison de la courbe d’apprentissage un peu raide.  La mort rôde partout pour un exilé et elle prend des formes variées : faim, soif, autres exilés sans compter les créatures que vous pouvez croiser.

Votre territoire, …

Pour éviter de mourir de faim ou de vous faire tuer rapidement, vous commencerez sûrement par explorer le système d’artisanat qui vous permet de fabriquer tout ce qui vous chante, de simples vêtements à partir de fibres végétales aux matelas, abris, outils et armes. Plus vous avancez dans le jeu, plus les objets que vous pouvez fabriquer sont complexes. À chaque niveau que vous passez, vous améliorez non seulement vos stats comme la force et l’endurance, mais vous débloquez aussi des recettes qui combleront sûrement vos besoins et votre style de jeu. Tout ce que vous faites compte dans la prise de niveau : fabriquer des objets, tuer des créatures et même passer le temps (oui, vous pouvez gagner des points d’expérience simplement en étant dans le jeu).

Si vous n’avez jamais joué à des jeux de survie en monde ouvert, alors la partie artisanat devrait vous plaire. Bien qu’il nécessite énormément de ressources et qu’il puisse vous prendre un temps fou, un système ingénieux de construction et d’artisanat est justement ce qui attire les joueurs vers des jeux comme Conan. Personnellement, j’ai trouvé le système plutôt basique, mais tout de même pratique : vous pouvez construire des fondations, monter des murs avec ou sans fenêtres, un toit et d’autres éléments préfabriqués qui vous permettront ainsi de fabriquer votre abri. Les éléments s’emboîtent facilement et de manière logique. Ainsi vous ne pouvez pas monter de mur en plein désert sans fondations, ni construire de toit si vous n’avez pas les murs, etc. Pour un jeu en accès anticipé, tout fonctionne plutôt bien et presque sans bugs. La fonction d’emboîtage des éléments vous permet de construire vos édifices facilement et sans vous y perdre. Plus on avance dans le système d’artisanat, plus le répertoire devrait comporter de formes et de matériaux différents, ce qui promet des édifices plus intéressants à construire.

L’artisanat ne se limite pas à la construction d’un abri, vous pouvez aussi fabriquer des armes, des outils, des fours, des lits… vous avez compris. Certaines choses ne peuvent être construites si vous n’avez pas obtenu les prérequis et avancer dans l’arborescence de l’artisanat peut prendre un certain temps.

… vos servitudes, …

Conan a dit un jour « Écrasez vos ennemis ! Regardez-les mourir devant vous. Entendez les lamentations de leurs femmes ! » et c’est bien là un des principes fondateurs du jeu. Le jeu fait la part belle aux combats et ceux-ci sont aussi gores que vous pouvez l’imaginer. Vos ennemis vaincus s’effondrent à vos pieds, parfois avec des membres en moins ou en plusieurs morceaux et se vident de leur sang sur le sable.

Si vous avez peur d’arriver à bout d’ennemis à tuer, ne vous inquiétez pas : dans ce jeu, tout ce qui bouge vous veut mort. L’ordinateur est incroyablement simple. Alors que la proximité de vos ennemis peut varier, toutes sortes de bestioles et d’êtres humains vous attaqueront et tenteront de vous tuer jusqu’à ce que l’un de vous deux succombe. Et ils ne fuiront pas même s’ils n’ont aucune chance de s’en sortir. Ne vous attendez pas à ce qu’ils cessent le combat et qu’ils vous supplient. Ils ne crieront pas non plus à l’aide pour attirer leurs comparses. J’espère vraiment que cela sera corrigé et que les prochaines versions seront un peu plus sophistiquées. Cela risque fortement d’arriver car des correctifs sont régulièrement proposés et le jeu a déjà bien compensé ses frais de développement. Ne vous méprenez pas : je me suis quand même bien amusée aux combats, ils sont très rapides et incroyablement satisfaisants (particulièrement si vous êtes poursuivi(e) pendant la première heure de jeu).

Mais les barbares qui peuplent ces terres désolées ne sont pas que des machines à tuer pour autant. Une fois que vous aurez suffisamment de compétences, vous pourrez fabriquer des outils qui vous permettront non seulement de capturer vos ennemis, mais aussi de les mater et les asservir pour qu’ils réalisent le moindre de vos caprices. Enfin, tout dépend évidemment de la profession et du rang qui leur sont attribués. Ce système judicieux peut vous donner l’impression d’être Le Maître suprême des terres sauvages tout en vous procurant quelques avantages. Les danseurs par exemple, réduisent l’effet de corruption et vous régénèrent, les guerriers défendent votre abri lorsque vous n’êtes pas là ; les forgerons quant à eux vous permettent de fabriquer des objets que vous ne pourriez pas faire vous-même.

… vos dieux

Comme si construire des forteresses et réduire le monde en esclavage n’était pas assez, vous pouvez choisir, lorsque vous créez votre personnage, de vénérer un dieu en particulier. Jusque-là cela paraît plutôt insignifiant et peu intéressant du point de vue de l’intrigue, toutefois les dieux ajoutent leur lot de cruauté et d’horreur. Ne vous embrouillez pas avec Chrom, Mithra, Yog ou Set. À l’exception de Chrom qui se moque de tout, les autres dieux sont aussi cruels et assoiffés de sang que le territoire dans lequel vous évoluez. Ce qu’ils veulent ? Votre dévotion sous la forme de sacrifices humains ou d’âmes, ils vous demanderont même de vous essayer au cannibalisme (beurk !). En retour, vous avez leur bénédiction, ce qui peut parfois faire la différence entre la vie et la mort…

Mes impressions sur le jeu

Une fois habituée à la violence excessive de ce jeu, j’ai pu apprécier les paysages magnifiques et la fluidité du jeu, même peu de temps après sa sortie anticipée, ce que l’on ne voit pas tous les jours.

Conan Exiles propose déjà de nombreuses fonctionnalités qui ont l’air prometteuses, sympas et méritent d’être explorées en détail. Ceci dit, le jeu est encore en accès anticipé et bien que riche en fonctionnalités pour ce genre de version, la plupart des fonctions sont un peu brutes et manquent de profondeur et de finition.  Si Funcom étoffe un peu plus ce qui a déjà été fait, Conan Exiles peut devenir un excellent jeu qui sortira du lot par rapport aux autres jeux de survie en monde ouvert. En sachant que d’autres fonctionnalités seront bientôt disponibles comme les montures, les armes de siège et les colonies, je suis sûre que c’est bien leur intention.

 

Conan Exiles a été créé par Funcom et est actuellement disponible en accès anticipé sur Steam. Il peut être joué seul ou en mode multi-joueurs sur des serveurs locaux ou publics. 

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

PR & Social Media Manager @ Avira |Gamer. Geek. Tech addict.