Combien vos données valent-elles sur le Dark Web ?

Avec l’essor des services en ligne comme les banques, le streaming, les boutiques et autres, on ne peut s’étonner que le cybercrime soit lui aussi florissant. Et où peut-on se procurer toutes les choses les plus illégales comme de la drogue, des armes, des comptes volés et autres données, si ce n’est sur le Dark Web ? Grâce à Tor, les cybercriminels peuvent vaquer à leurs affaires illégales sans crainte de se faire prendre ni d’être condamné.

Mais quelles sont les données vendues sur le Dark Web et combien valent-elles ? L’Index des prix sur le Dark Web, récemment publié au sein d’une étude réalisée par PrivacyAffairs.com, répond à ces questions. Des données de cartes bancaires aux identifiants PayPal en passant par les passeports – tout se vend.

Les prix du Dark Web pour les comptes PayPal, cartes bancaires et comptes de médias sociaux

Si vous jetez un œil à la liste des prix de PrivacyAffairs, vous aurez une petite idée de ce qui se passe après une violation de données. Les informations divulguées et recueillies dans de nombreux piratages se retrouvent ici à la vente – et souvent à des prix très abordables. Par exemple, l’Index révèle que :

  • une carte bancaire clonée avec code PIN se vend entre 15 et 35 $
  • les données de cartes bancaires coûtent entre 12 et 65 $ en fonction du solde du compte bancaire

D’après le site, les cartes ont un taux de réussite de 80 %, ce qui signifie que 2 cartes seulement sur 10 ne fonctionnent pas ou n’ont pas le solde spécifié sur le compte bancaire.

Image fournie par PrivacyAffairs

Outre les données de cartes bancaires, on peut également acheter des identifiants de connexion pour PayPal et les médias sociaux :

  • Les comptes PayPal coûtent entre 150 et 320 $ selon le crédit disponible sur le compte
  • Un compte Facebook lui, coûte 75 $
  • Un compte Gmail coûte 155 $
  • Un millier d’abonnés et de likes sur plusieurs plateformes de médias sociaux (Twitter, Tik-Tok, Instagram, etc.) coûte entre 2 et 15 $

Quand on sait que les likes se vendent et s’achètent, on peut se demander si le nombre d’abonnés et de likes de certains comptes de médias sociaux – y compris ceux des influenceurs – a encore un sens et s’il faut leur faire confiance.

Des malwares en vente

Malheureusement, les données personnelles, les cartes bancaires et les comptes de médias sociaux ne sont pas les seuls produits que l’on trouve sur le Dark Web. On peut également y acheter des malwares. Ceux qui achètent des malwares le font pour les installer ensuite sur des systèmes compromis et les utiliser pour le cryptominage ou accéder aux détails de comptes.

Le prix d’un malware sur le Dark Web dépend du pays ciblé et de la qualité du malware. Les prix peuvent démarrer à 70 $ et aller jusqu’à 6 000 $, mais il semble que, quel que soit le prix, les malwares aient quasiment toujours un retour sur investissement positif pour les cybercriminels. D’après PrivacyAffairs, un pirate peut dérober des milliers de dollars pour un millier d’installations.

Trois conseils pour vous protéger et protéger vos comptes

Comme vous avez pu le voir, il est de plus en plus important de protéger votre vie numérique, autant que vous protégez votre vie hors ligne. Cela peut paraître insurmontable, mais avec les bons logiciels et en suivant quelques règles, ce n’est pas si difficile. Voici trois conseils simples qui peuvent vous aider à tenir vos données à l’écart des pirates :

  1. Ne divulguez jamais vos informations confidentielles lorsqu’on vous les demande par e-mail ou téléphone. Les employés d’entreprises reconnues ne vous demanderont jamais de mots de passe, de numéros de cartes de crédit ou d’autres informations similaires.
  2. Évitez les réseaux Wi-Fi publics et non sécurisés. Si vous voulez quand même le faire ou que vous n’avez pas le choix, mieux vaut vous connecter via un VPN et suivre notre guide sur le sujet.
  3. Utilisez un gestionnaire de mots de passe. Il vous permettra de créer un mot de passe sécurisé pour chacun de vos comptes et de l’enregistrer pour ne plus jamais l’oublier.

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandEspagnolItalienPortugais - du Brésil