Cinq conseils pour identifier les fake news et les intox

En cette époque où l’on qualifie volontiers de « fake news » tout propos avec lequel on n’est pas d’accord, et où la désinformation est à la fois un outil politique et un prétexte pour vendre, arnaquer et angoisser la population, il peut sembler impossible de réussir à différencier l’info de l’intox. Heureusement, en gardant la tête froide, on arrive facilement à distinguer les vraies infos des fausses.

Et voici nos 5 conseils :

N°1 : Vérifiez la source

Que ce soit Facebook, Twitter ou une autre source, on tombe souvent sur des actualités qui proviennent d’une page que l’on n’a jamais vue auparavant. Si c’est le cas, faites un peu de recherche avant de croire sur parole le message que vous lisez et de le partager. Posez-vous les questions suivantes :

  • L’article est-il publié sur un site qui a l’air fiable ? Quels autres éléments voyez-vous sur la page ?
  • Que disent les mentions légales ou la section « À propos » du site ?
  • L’auteur de l’article est-il connu sur d’autres sites d’actualité ?
  • À quoi ressemble l’URL du site ?

N°2 : Ayez l’esprit critique

Si les gens croient instantanément des articles d’actualité douteux, c’est parce qu’ils ont l’air crédibles – parfois même plus que la vérité. Ces articles ont souvent un titre très accrocheur, destiné à choquer le lecteur ou le toucher au niveau émotionnel.

C’est pourquoi il est important de garder la tête froide. Au lieu de laisser vos émotions prendre le dessus, mieux vaut tenter de voir le message de façon rationnelle. Lisez bien l’article et posez-vous les questions suivantes :

  • Pourquoi ce message a-t-il été écrit ? L’auteur souhaite-t-il m’influencer ?
  • Essaie-t-il de me vendre quelque chose ?
  • Suis-je redirigé(e) vers un autre site ?
  • D’autres sites d’actualité ont-ils repris la même information ?

N°3 : Suivez les sources

Un article dont l’auteur a correctement effectué son enquête contient des citations, des dates et des faits. Qu’il s’agisse de déclarations d’experts, de résultats de sondages ou de statistiques… les actualités légitimes n’ont pas peur de rediriger vers ces sources.

Si l’« expert » en question est un inconnu ou un ami de l’auteur, les sources sont inexistantes et tout est basé sur des on-dit. La question de la véracité des faits se pose. Y a-t-il des preuves que ce dont parle l’article est vraiment arrivé ou les faits ont-ils été inventés ou déformés ?

N°4 : Attention aux photomontages

Les actualités douteuses sont souvent accompagnées de photos suspectes. Celles-ci sont faites pour souligner et prouver les « faits » cités par l’article. Mais les programmes modernes de traitement d’image compliquent les choses pour ceux qui cherchent à distinguer les vraies images des fausses. Souvent, c’est quasiment impossible. Mais vous pouvez toujours être attentif aux détails suivants :

  • Regardez si les ombres ont l’air normales.
  • Regardez l’image de plus près pour voir si les personnes ou les objets n’ont pas l’air détourés.
  • Parfois, une recherche d’image inversée sur Google peut également être utile : une fois que les photos ont été retouchées, vous pourrez trouver les originaux.

N°5 : Qui d’autre a repris cette actualité ?

Lorsque les enjeux sont importants, comme des élections ou la crise actuelle du coronavirus, le nombre d’articles ou d’actualités abonde. C’est là qu’il peut être difficile de garder une vue d’ensemble et de distinguer le vrai du faux. Si vous tombez sur un message qui diffuse des informations totalement nouvelles dont vous n’avez pas encore entendu parler, mieux vaut d’abord vérifier si celles-ci sont reprises ailleurs. Comparez les informations avec celles des agences comme Reuters, l’AFP ou une autre source de confiance pour vérifier les faits.

Cet article est également disponible en: AnglaisEspagnolItalienPortugais - du Brésil

Leor is a copywriter and content marketer for Avira.