Internet of Things - IoT, IdO

Les achats d’IdO d’aujourd’hui : relégués demain au fond du tiroir ?

L’Internet des Objets (IdO) est un grand mot. On l’entend partout, mais on ne sait pas tous à quoi il sert ni ce qu’il signifie. N’est-ce pas que de la science-fiction ? A-t-il un rapport avec les voitures ? N’est-ce pas qu’un simple effet de mode qui sera bientôt dépassé ? N’est-ce pas comme ça que le FBI et la CIA nous espionnent ?

Jusqu’à présent, l’IdO a souvent été synonyme de mode plutôt que de vraie valeur pour les consommateurs. La plupart des achats ont été réalisés par des « early adopters », ces consommateurs qui ont tendance à acheter tous les derniers gadgets dès leur sortie. Ils pré-commandent spontanément des objets cool ou les achètent dès le jour de la sortie sur le marché. Mais que deviennent ces objets quelques semaines ou quelques mois plus tard, lorsque leurs propriétaires sont déjà passés au nouveau gadget à la mode ? Je vais vous le dire : ils finissent tout bonnement au fond du tiroir à chaussettes.

Question de valeur

Votre tiroir à chaussettes n’est pas si grand que ça. Mais le vrai problème n’est pas de savoir si ces gadgets de l’IdO vont se retrouver entre des chaussettes blanches, noires ou à carreaux. La grande question est de savoir quels appareils électroniques sont suffisamment « indispensables » aux yeux des consommateurs pour déclencher une vague d’achats qui dure dans le temps.

Après tout, les ordinateurs portables sont moins à la mode et aujourd’hui, tout le monde a son smartphone. Mais tout le monde n’a pas forcément un [remplacez par l’objet que vous voulez] connecté. Certains appareils connectés peuvent représenter un marché de plusieurs milliards de dollars. De nombreux analystes scrutent les tendances et les achats pour tenter de dénicher le prochain gadget à la mode et trouver précisément ce que vous voulez, mais que vous n’avez pas encore.

La valeur ou la vanité, quelle est vraiment la promesse de l’IdO ?

« Vanité des vanités, tout est vanité. » dit l’Ecclésiaste. Ces mots prononcés il y a des milliers d’années pourraient bien décrire les appareils connectés en ce moment, ou peut-être pas. Les brosses connectées et autres appareils du genre ont-ils réellement de la valeur ?

Les analystes ont vite tranché et classent ainsi les objets connectés en deux groupes essentiels : la valeur ou la vanité.  L’appareil apporte-t-il réellement de la valeur à l’utilisateur ou ne sert-il qu’à rendre plus beau ou plus intéressant ? La liste ressemble donc à cela :

  • Les objets connectés axés sur la valeur : les caméras, les thermostats, les appareils de sport, …
  • Les objets connectés axés sur la vanité : les chaussettes intelligentes, les tétines connectées, les bagues intelligentes, …

Effectivement, c’est une liste subjective mais il faut bien commencer quelque part. Après tout, lorsque vous essayez une Lamborghini, on vous demande ce que vous ressentez au volant et non pas combien de secondes vous avez gagné sur votre trajet du matin.

Mais qui sont les acheteurs d’appareils connectés, qu’ils soient tendance ou sur le marché depuis quelques années ? Comment les gens décident-ils de ce qui finit ou non dans leur panier ? Comme pour tous les achats, de nombreux facteurs entrent en ligne de compte, mais si l’on simplifie les choses, il reste deux grands groupes d’utilisateurs :

Le parcours des « early adopters »

Les early adopters ont de grandes attentes à partir du moment où ils achètent un nouveau gadget. Une fois l’achat effectué, ils utilisent leur appareil très fréquemment mais cela ne dure pas longtemps. Puis, dès qu’un nouvel appareil fait son apparition dans le commerce et attire l’attention de l’utilisateur, l’ancien gadget finit dans le tiroir. Et retrouve les chaussettes à carreaux. Je suis sûr que les neurologues diront que ce genre d’obsession pour un objet a les mêmes effets sur le cerveau qu’une aventure amoureuse.

Le parcours des autres utilisateurs

Les autres utilisateurs réagissent moins sur le coup de l’impulsion. Ils font attention au rapport qualité/prix et se posent souvent des questions sur la sécurité. Lorsqu’ils achètent un objet connecté, ils pensent à la valeur, au long terme, et s’attendent à un retour sur investissement précis, que ça soit en matière d’économies financières ou de confort. Alors qu’un early adopter achète quelque chose parce que cela fait bien et qu’il a l’impression qu’il en a vraiment besoin (même s’il ne sait pas exactement pourquoi), l’utilisateur normal n’achète pas sur le coup de l’impulsion. Du moins pas les appareils connectés. Il évalue, lit des tests et des critiques de produit, demande peut-être même conseil à ses proches pour savoir si l’achat en vaut la peine.

Alors… quels appareils connectés valent la peine d’être achetés ?

C’est une question légitime, mais à laquelle il est difficile de répondre. Vous avez peut-être déjà entendu le proverbe : La beauté est dans l’œil de celui qui regarde. Il en va de même pour la valeur. Voici cinq catégories principales d’objets connectés que vous pourriez trouver intéressants ou utiles. Vous en possédez peut-être déjà un dans la liste ci-dessous ou vous ne saviez peut-être pas qu’ils existaient en version connectée !

Les caméras connectées

Elles vous permettent de garder un œil sur votre nourrisson lorsque vous êtes dans la pièce d’à côté ou de surveiller votre domicile lorsque vous êtes en vacances. Exemples de produits : D-Link, Nestcam

Thermostats

Ces thermostats sont électroniques, programmables, connectés à votre réseau WiFi et apprennent de vos habitudes. Ils permettent d’optimiser le chauffage et la climatisation de domiciles ou d’entreprises et de faire des économies d’énergie. Soyons honnêtes, qui n’en veut pas un ? Exemples de produits : Nest, Ecobee, Netatmo

Assistants personnels

Ils font fureur ! Ils sont capables de répondre à votre voix, de lire de la musique, de faire des listes, de programmer des réveils, de diffuser des podcasts, de lire des livres audios et de vous donner des informations en temps réel sur la météo, la circulation et les actualités. Ils peuvent même faire vos courses pour vous, même si vous ne vouliez rien au départ.  Exemples de produits : Amazon Echo et Alexa, Google Home

Prises et interrupteurs

Allumez ou éteignez les lumières et l’électricité chez vous depuis n’importe où, que ça soit depuis l’autre bout de la maison, le jardin ou le bout du monde. Exemples de produits : WeMo, Philips Hue

Appareils de sport

Combien avez-vous marché ou couru ? Combien de calories avez-vous brûlées ? Qu’en est-il de votre fréquence cardiaque ? Un appareil de fitness a la réponse à toutes ces questions, peut-être même plus. Exemples de produits : Fitbit, Withings, Garmin

Le mot de la fin

Tous les appareils énumérés ci-dessus sont considérés comme utiles par les utilisateurs « normaux » mais ils comportent leur lot de risques, comme lorsque Alexa s’est lancée dans une session de shopping. Ou vous souvenez-vous quand les caméras connectées ont été utilisées pour mener des attaques DDoS d’ampleur ?

La question primordiale est peut-être celle-ci : la valeur l’emporte-t-elle sur les risques et savez-vous comment vous protéger ? C’est à vous de décider.

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

Avira souhaite que ses clients vivent 'libérés' des spywares, phishing, virus et autres menaces basées sur internet. La société a été créée il y a 25 ans sur la promesse de son fondateur Tjark Auerbach de « concevoir un logiciel qui réalise de belles choses pour mes amis et ma famille ». Plus de 100 millions de consommateurs et de petites entreprises font maintenant confiance à l'expertise d'Avira en matière de sécurité et à son antivirus primé, faisant de l'entreprise le numéro deux mondial en termes de parts de marché.