These 7 online activities could land you in jail, Online-Aktivitäten, activités en ligne, attività online

Vos activités en ligne sont-elles légales ?

À l’ère des réseaux sociaux, la frontière entre réel et virtuel peut parfois être floue. Il n’était qu’une question de temps avant que les activités virtuelles en ligne aient des conséquences dans le monde réel. Les activités en ligne des internautes sont aussi multiples et variées que les utilisateurs d’Internet eux-mêmes. Organisation de réunions professionnelles, planification d’événements avec vos amis via Facebook ou LinkedIn, partage des moments de la vie via Instagram ou Snapchat, la palette des activités en ligne possibles est des plus étendues. Mais si Internet apporte avant tout nombre d’avantages, il existe également quelques revers à l’utilisation du web. L’utilisation que vous faites d’Internet peut enfreindre les réglementations et lois établies par les gouvernements des différents pays, et donc conduire à votre arrestation.

Venons-en aux faits

1) Les jeux de la liberté

Dans de nombreux pays, les jeux d’argent peuvent vous conduire droit en prison, que vous jouiez dans le monde réel ou de manière virtuelle. Il y est strictement interdit de jouer au Poker ou au Blackjack et le simple fait d’héberger de tels jeux peut vous faire arrêter. Aussi bien dans le monde réel que virtuel.

2) Le langage à caractère injurieux dans les publications, les tweets, voire même les messages privés

Celui-ci est valable dans la plupart des pays du monde : même si vous ne finissez pas derrière les barreaux, vous rencontrerez des problèmes certains. Énoncez par exemple des propos douteux faisant allusion aux États-Unis et vous serez soumis à un interrogatoire en règle par les autorités. C’est ce qu’ont vécu de près Leigh v.B. et Emily B., deux anglais ayant employé l’expression « … before I go and destroy America » dans leurs tweets. Ils ont par la suite dû convaincre les autorités américaines qu’en argot anglais, « destroy » veut dire « faire la fête à outrance ».

3) L’envoi de sextos

L’envoi de photos dénudées entre utilisateurs consentants est légal pour les adultes mais pas pour les mineurs. Ainsi, un ado qui publierait ou enverrait des photos dénudées de lui-même pourrait être dénoncé pour « incitation à la pornographie enfantine ». Ceci peut être puni d’une peine allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

4) Le WiFi ouvert ou la légalité du piratage de connexion

Les lois régissant « l’accès non autorisé à un réseau d’ordinateurs » existent dans de nombreux pays, bien que toutes diffèrent tant par leur formulation que leur sens exact. L’interprétation des termes « accès » ou « autorisation » n’est pas claire et il n’existe aucun consensus général quant au fait que l’accès à un réseau Wi-Fi ouvert sans intention néfaste constitue ou non une sorte de piratage de connexion. Certaines juridictions l’interdisent, d’autres l’autorisent, d’autres encore n’ont rien défini de précis.– Wikipédia

Votre réseau WiFi doit par conséquent toujours être protégé par un mot de passe – toute dérive à ce principe pouvant vous mener droit en prison. Des criminels ou même des terroristes pourraient en effet utiliser votre réseau WiFi ouvert à votre insu pour exercer leurs activités en ligne, et ainsi vous attirer des problèmes juridiques dans la quasi-totalité des pays. C’est précisément ce qu’a vécu Barry C. : son voisin s’est servi de sa connexion WiFi pour accéder à des sites de pornographie enfantine. Le voisin a plus tard été arrêté, mais Barry a dû faire face à un long mois d’interrogatoire par la police.

Il est toujours conseillé de protéger votre réseau Wi-Fi par mot de passe. Utilisez pour cela le chiffrement WEP, WPA (WPA-Personal) ou WPA2 (Wi-Fi Protected Access version 2).

5) Danser dans une vidéo

Aussi bizarre que cela puisse paraître, ceci constitue une infraction grave en Iran. Six personnes ont ainsi récemment été arrêtées pour avoir dansé sur le titre « Happy » de Pharrell Williams. Autant dire qu’elles n’étaient plus tellement « happy » après avoir reçu 91 coups de fouet et passé 1 an en prison.

En Russie également, un jeune et deux femmes ont été emprisonnés pendant 2 semaines après avoir vraisemblablement dansé et tourné une vidéo à proximité d’un mémorial de la Seconde Guerre mondiale.

6) Supprimer son historique de recherche

Aux États-Unis, David K. a été arrêté pour avoir supprimé des informations de son ordinateur. David, étudiant à l’Université du Tennessee, faisait l’objet d’une enquête de la part des autorités pour son implication suspectée dans le piratage du compte Yahoo de Sarah Palin. En Inde, la législation vous forçait autrefois à conserver votre historique de navigation des trois derniers mois. Cette loi a toutefois été abandonnée suite à une rébellion populaire.

7) Utiliser un VPN

Dans certains pays, l’utilisation d’un VPN peut vous valoir des ennuis auprès des autorités. Aux Émirats Arabes Unis, exemple le plus parlant, l’utilisation d’un VPN n’est que partiellement autorisée par la loi. Elle est considérée comme illégale lorsqu’elle permet par exemple d’effectuer des appels en ligne qui ne pourraient autrement pas être passés, de télécharger des contenus multimédia non autorisés ou d’accéder à des sites Internet faisant l’objet de restrictions. En bref, tout ce pour quoi un VPN est généralement utilisé.

 

Comme vous pouvez le constater, vos activités en ligne les plus ordinaires, comme le fait de jouer de l’argent en ligne ou de danser, peuvent avoir des implications conséquentes dans le monde réel. Quelle connaissance avez-vous des lois de votre pays ?

Cet article est également disponible en: AnglaisAllemandItalien

Hey, I'm István and the Social Media Manager @Avira. Find all of my blog articles here and I hope you enjoy & share them. Stay up-to-date and connect with Avira on Twitter, Facebook, Instagram, and YouTube. Follow this blog with Bloglovin.