5 conseils pour reconnaître les fausses informations

Smartphone, PC, tablette… Aujourd’hui, on peut accéder à Internet à peu près n’importe où et n’importe quand. On peut tout consulter simplement et immédiatement, y compris les actualités, et beaucoup de gens ont donc changé leurs habitudes. Vous vous demandez ce qui se passe dans le monde en ce moment ? Aucun problème : un coup d’œil sur votre smartphone, vous ouvrez le flux d’actualités, et vous voilà renseigné.

Mais le rêve peut vite tourner au cauchemar quand de fausses nouvelles viennent se mêler aux vraies. On se sent vite dépassé : qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est faux ? Heureusement, si on garde la tête froide, il n’est en général pas trop difficile de savoir si on a affaire à une vraie information ou à des « fake news ».

Ces 5 conseils peuvent vous aider à y voir plus clair :

Conseil 1 : Vérifiez la source de l’information

Que ce soit sur Facebook, Twitter ou ailleurs, on tombe souvent sur des actualités provenant d’un site qu’on ne connaissait pas. Quand c’est le cas, mieux vaut toujours faire quelques petites recherches avant de faire crédit à l’article et/ou de le repartager. Voici les questions à vous poser :

  • L’article est-il paru sur un site digne de confiance ? Quels autres articles y trouve-t-on ?
  • À quoi ressemble la section « À propos de nous » du site ?
  • Est-ce que l’auteur travaille également pour d’autres sites d’actualité sérieux ?
  • À quoi ressemble l’URL ?

Conseil 2 : Développez votre esprit critique

Une des raisons qui conduit souvent à croire aux fausses nouvelles est qu’elles paraissent crédibles, parfois même plus que les nouvelles sérieuses et rationnelles. Elles ont souvent un titre racoleur, conçu pour choquer le lecteur ou l’interpeller sur le plan émotionnel.

C’est précisément la raison pour laquelle on doit garder la tête froide. Au lieu de réagir émotionnellement, mieux vaut considérer l’information d’un point de vue rationnel. Regardez de plus près le message, et posez-vous les questions suivantes :

  • Pourquoi cet article a-t-il été écrit ? Va-t-il vous faire changer d’avis sur une question ?
  • Est-ce qu’il tente de vous convaincre de faire un achat ou de télécharger quelque chose ?
  • Est-ce qu’un clic vous redirigerait vers un autre site web ?
  • Est-ce que d’autres sites d’actualité en parlent également ?

Conseil 3 : Remontez à la source

Un article correctement rédigé contient beaucoup de citations, de données et de faits. Un article sérieux n’aura pas peur de renvoyer vers des avis d’experts, des résultats d’enquêtes ou des statistiques.

Si « l’expert » est un inconnu ou un ami de l’auteur, si aucune référence n’est citée ou que tout est basé sur du ouï-dire, vous devriez peut-être vous interroger sur ce texte. Y a-t-il des preuves que les faits rapportés dans l’article se sont vraiment produits, ou des faits ont-ils été inventés ou déformés ?

Conseil 4 : Soyez à l’affût des photomontages

Souvent, les fausses nouvelles sont accompagnées d’images tout aussi fausses. Elles visent à appuyer et à authentifier les « faits » rapportés dans l’article. Avec les programmes modernes de retouche d’images, il est très difficile de distinguer une photo altérée d’une vraie ; parfois, ce n’est tout simplement plus possible. Il y a tout de même quelques points que vous pouvez surveiller :

  • Regardez si les ombres des objets paraissent correctes.
  • Regardez précisément l’image pour voir si le contour de personnes ou d’objets est bizarre ou crénelé.
  • Une recherche par image sur Google peut aussi être utile : si une image a été retouchée, vous pourrez souvent retrouver l’originale.

Conseil 5 : Qui d’autre en parle ?

Dans le cas de grands événements comme des élections, ou actuellement la crise du coronavirus, les dépêches se succèdent rapidement. Dans ce cas, il devient difficile de garder une vue d’ensemble, et de différencier les vraies nouvelles des fausses. Si vous tombez sur un article qui donne des informations totalement nouvelles, dont vous n’aviez jamais entendu parler, mieux vaut commencer par regarder si d’autres sites en parlent également. Comparez aussi ces informations avec celles d’organisations telles que AFP. Les agences de presse vérifient toujours bien leurs informations avant de les rendre publiques.

Cet article est également disponible en: AllemandEspagnolItalienPortugais - du Brésil

PR & Social Media Manager @ Avira |Gamer. Geek. Tech addict.